De la bière au travail ? Allez-y

Les entreprises qui offrent gratuitement des repas à leurs collaborateurs, cela ne manque pas. Mais le saviez-vous ? Aujourd’hui, des employeurs remplissent leurs frigos de bière pour les collaborateurs qui passent beaucoup de temps au bureau.

1 août 2013

Partager

tap bière

C’est du moins ce qui se passe dans l’agence de publicité américaine Arnold Worldwide. Les travailleurs se réunissent régulièrement après leur meeting autour du distributeur de bières, qu’ils ont baptisé 'Arnie'. Boire une bière entre collègues, c’est l’occasion d’échanger des idées, de parler de tout et de rien, et aussi de rester collés au bureau ...

Il y a tout de même des situations un peu moins courantes, comme dans la série télévisée ’Mad Men’. Les travailleurs reçoivent ‘juste’ cinq crédits boissons par mois et les managers ont le loisir de leur en octroyer plus quand ils le méritent.

‘Aucun problème avec cela’

Dans l’entreprise Thrillist Media Group établie à New York, on ouvre bien aussi de temps en temps une bouteille de bière en fin de journée. Et on y organise aussi régulièrement des dégustations, souvent sponsorisées par les annonceurs. Selon le fondateur de Thrillist, Ben Lerer, en autorisant l’alcool sur le lieu de travail, vous gardez vos collaborateurs de longues heures à la tâche : « Je ne vois aucun problème à ce que mon personnel boive au bureau, travaille tard et abatte plus de boulot. Pendant ce temps-là, ils profitent de ce que je mets à leur disposition, tout simplement. » Mais quid s’ils sont saouls ? Le seul message que Lerera leur adresse dans ce cas : « Retournez chez vous ! »

Chez de nombreux acteurs de la technologie et agences media, des ‘bars d’entreprise’ sont installés pour séduire les talents et maintenir les collaborateurs longtemps au travail. Cela semble être une bonne méthode pour favoriser les contacts entre départements. « Un outil facile pour garder le personnel engagé », explique Paul Roman, professeur de sociologie à L’université de Géorgie. « Vous ne devez pas sortir ni dépenser beaucoup pour aller boire une bière, vous en consommez au bureau, et c’est tout simplement gratuit. »

Inconvénients ?

Tout le monde n’est néanmoins pas convaincu desdits avantages de l’alcool au bureau. Les avocats ont quelques soucis avec cela car ils craignent que boire au bureau n’amène les collaborateurs à conduire sous l’influence de l’alcool et que cela n’augmente les cas de violence et le nombre d’harcèlements sexuels. En outre, une culture orientée sur la consommation de boisson au travail peut en mettre certains mal à l’aise et en exclure d’autres. Par exemple ceux qui ne boivent pas pour raisons de santé ou parce que leur religion le leur interdit.

« Ce sont des pratiques qui partent d’une bonne intention, mais elles peuvent en gêner certains’, raconte Nancy Rothbard, professeur à la Wharton. Dans son enquête, le Docteur Rothbard découvre que les évènements sociaux au bureau, comme les happy hours, créent, voire renforcent les liens entre les collaborateurs qui se ressemblent, mais ceux qui sont différents peuvent se sentir moins à leur aise.

Christina Wallace, directeur du Startup Institute de New York, pense aussi qu’une culture estudiantine dans certaines entreprises peut amener des désillusions. Cela soulève par ailleurs des questions de responsabilité. Lorsque un employeur sert de l’alcool et qu’ensuite, quelque chose arrive, l’entreprise est responsable, selon l’avocat en matière de travail Craig Annunziata : « Je ne vois pas énormément d’avantages à autoriser l’alcool au bureau », ajoute-t-il encore pour conclure.

(sc) - Sources : Online.wsj.com 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.