Ces 12 candidats n’ont pas l’ombre d’une chance

Une sonnette d’alarme s’agite chez le recruteur quand il se trouve devant un éternel bavard, un caméléon ou un accroc du Smartphone. Donc tout candidat quel qu’il soit n’a qu’à bien se tenir, c’est-à-dire de préférence ne pas ressembler à un de ces individus types…

1 avril 2014

Partager

Selon le site de management américain Inc.com, voici 12 profils de candidats qui ont vraiment très peu de chance de décrocher de l’emploi…

1. Celui qui n’a pas coupé le cordon

C’est la jeune femme (ou le jeune homme) qui emmène sa mère à l’entretien de sélection. Maman attend patiemment à l’accueil et demande avec enthousiasme dès que son poussin sort du local d’interview comment cela s’est passé. Dommage que vous ne puissiez vous rendre à un rendez-vous de recrutement seul et en toute indépendance. Franchement, ce n’est pas ainsi que vous ferez bonne impression.

2. Le gars « qu’est-ce qu’il y à prendre ici ? »

Ce type de candidat est plus intéressé par les jours de vacances, les promotions, les avantages extralégaux etc. que par le contenu de la fonction.

3. Le pauvre type

« Allo, je m’appelle Pierre X, et je suis sans travail depuis 18 mois. Je suis vraiment sûr que je conviendrai parfaitement à l’entreprise. Quand pouvons-nous nous rencontrer? » Eveiller la compassion, cela marche peut-être dans beaucoup de cas, mais pas dans la vie professionnelle. Ce sont des gagnants que les entreprises recherchent. Alors, allez-y mais laissez votre côté minable à la maison.

4. Le désabusé

Il n’a pas eu l’énergie nécessaire pour opérer les recherches utiles sur la fonction et l’entreprise pour laquelle il sollicite. Il n’a donc question intelligente à poser. Quand on lui demande ‘avez-vous encore des questions à nous poser ?’, il se contente d’opposer un regard vide pour seule réponse.

5. L’éternel bavard

Certains candidats n’arrêtent carrément jamais de parler, pareil pendant une interview. Bien que les compétences sociales soient de plus en plus exigées pour un emploi, il est tout de même utile parfois de pousser sur le bouton stop. La preuve, si nous n’arrêtez pas de demander de rappeler la question posée.

6. Le minimaliste

Il n’aime pas s’entendre parler. Alors, c’est bien simple, il s’en tient au strict minimum lorsque le recruteur lui pose des questions. Une bonne écoute est essentielle certes, mais l’entretien d’embauche n’est pas vraiment le moment idéal pour afficher cette capacité d’attention. Ce n’est pas en vous contentant de répondre par ‘oui’ et par ‘non’ que vous vous aurez beaucoup de chances de marquer l’attention.

7. L’excessif

Présenter les choses en les embellissant, c’est parfaitement courant en entretien de sélection. Mais l’excessif va un cran plus loin quand il s’agit de déformer la réalité. Les réalisations importantes décrites sur le CV semblent sonner faux en en discutant. Un candidat dont les mensonges sont démasqués dès le début peut oublier le job pour lequel il est venu.

8. Le caméléon

Ce candidat accepterait n’importe quel emploi dans l’entreprise. Naturellement il est apprécié pour son ouverture d’esprit par beaucoup d’employeurs. Mais en montrant que vous savez parfaitement ce que vous voulez, vous aurez tout de même un atout supplémentaire. Les caméléons ont peu de succès en général.

9. Le dramatique

Il ne daigne pas attendre le rendez-vous et se rend directement chez l’employeur où il aimerait travailler. Arrivé, il demande sans préambule après le Manager RH et force un rendez-vous d’embauche. C’est vrai que l’agressivité peut être appréciée dans certains secteurs mais ce type est un fou désespérément en quête d’une activité. C’est très rarement du goût du recruteur.

10. Le roi de l’impro

Comme son nom l’indique, le roi de l’improvisation est passé maître dans l’art d’improviser. Il se rend à l’entretien de recrutement aucunement préparé, sans avoir recherché le moindre renseignement sur la fonction ou sur l’entreprise. Ses réponses favorites ; euh, ‘ceci ou cela’, ‘vous savez bien’ etc.

11. Le nonchalant paresseux

Ce fainéant ne prend pas la peine de vérifier ce qu’il écrit ou ce qu’il dit. Il ne s’est pas suffisamment informé sur l’entreprise, c’est une chose. En plus, il arrive à écorcher le nom du recruteur ou du CEO. Ce sont des pommes pourries pour l’employeur car la paresse, c’est contagieux. Evidemment, ils ne sont pas engagés.

12. L’accro au Smartphone

Il s’assied, retire son appareil favori de sa poche et le pose sur la table. Pendant l’entretien, toutes les 5 minutes, il vérifie s’il ne rate rien d’important. Eh oui, il s’est bien passé quelque chose. De notable en plus, il vient de perdre sa chance de trouver un emploi.

Sources : Inc.com 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.