Bruxelles paie le mieux le personnel informatique

Ce qui s’applique à tous les profils dans notre pays vaut également pour le secteur informatique : la ville de Bruxelles paie le mieux ses travailleurs. D'autres régions telles que le Brabant wallon ou la Flandre occidentale n’ont toutefois pas dit leur dernier mot. "Elles gagnent en popularité, ce qui entraîne une augmentation des salaires dans et à proximité de celles-ci ."

30 janvier 2019

Partager

"Les personnes qui travaillent à Bruxelles gagnent mieux leur vie mais les entreprises avoisinantes se défendent aussi très bien."

Les profils informatiques sont prisés sur le marché de l’emploi. Des recherches menées par le bureau Robert Half montrent que près de six responsables du recrutement de profils informatiques belges sur dix ont plus de difficulté à enrôler des professionnels qualifiés en informatique par rapport à il y a cinq ans. Wim Van der Linden, responsable de la communication de Robert Half au BeNeLux et en France, trouve cela tout à fait logique. "Selon la fédération sectorielle Agoria, la demande dépassera l'offre de main-d'œuvre dès 2021. Cet écart ne fera que se creuser, au moins jusqu'en 2030", déclare-t-il.

Recruter dans l'informatique et les télécoms est donc un challenge de taille. Ces deux disciplines sont souvent assimilées aux TIC : les technologies de l’information et de la communication. En revanche, selon Wim Van der Linden, il existe des différences fondamentales. "Les télécommunications constituent un secteur spécifique mais l'informatique semble être une compétence à part entière. Bien que vous puissiez aussi considérer l’informatique comme un domaine au sein d’une entreprise."

Nouveaux rôles

Il est clair que l'informatique et les télécommunications sont en croissance. "Le développement des nouvelles technologies stimule la croissance de ces deux disciplines", poursuit Wim Van der Linden en citant certaines tendances technologiques telles que l'internet mobile, la technologie cloud, l'internet des objets et l'intelligence artificielle.

Ces nouvelles technologies entraînent également un changement en matière de compétences requises. "Il suffit de penser à des profils analytiques tels que les analystes de données, les scientifiques ou encore les experts en cybersécurité et blockchain. Certains processus seront automatisés mais, d’autre part, l'automatisation engendrera bon nombre de nouveaux postes. Si un profil est rare sur le marché ou qu’une entreprise recherche un talent bien spécifique, elle n’hésitera pas à proposer des conditions avantageuses afin de l’attirer en son sein."

Vive la capitale

Il y a quelques mois, le baromètre des salaires Jobat indiquait que les salaires à Bruxelles étaient en moyenne 10% plus élevés que la moyenne nationale. Il en est de même pour les profils TIC. "Les personnes qui travaillent à Bruxelles gagnent mieux leur vie mais les entreprises avoisinantes se défendent aussi très bien", affirme Wim Van der Linden. "La région de Bruxelles-Capitale compte un large éventail d’entreprises. Cela va des PME aux multinationales actives dans des secteurs multiples et variés. De plus, il existe une série d’universités prestigieuses, qu’elles soient néerlandophones ou francophones."

Cela garantit un sérieux défi en matière de recrutement à la ville de Bruxelles et, selon Wim Van der Linden, les entreprises doivent dès le départ présenter un package salarial compétitif par rapport à leurs concurrents.

L'argent ne fait pas tout

Cependant, la position de la capitale ne signifie pas que les autres régions sont laissées pour compte : les provinces du Brabant wallon et de Flandre occidentale connaissent également une forte croissance, ce qui entraîne une hausse des salaires dans et à proximité de celles-ci."

Les salaires ne sont toutefois pas le seul et unique facteur de motivation. "Nous avons constaté que les informaticiens recherchent principalement des défis intéressants incluant un bon équilibre vie privée-vie professionnelle et un environnement dans lequel ils peuvent continuer à évoluer. L’emplacement et l’ambiance sur le lieu de travail jouent également un rôle important. Les entreprises devront écouter attentivement ce que souhaitent vraiment les candidats car il n’est pas toujours question d’argent."

(eh)

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.