‘Beaucoup d’emplois, un manque de candidats et des augmentations salariales pour les spécialistes’

Antoine Biot
Antoine Biot, Directeur de Robert Walters Belgique, analyse les dernières tendances sur le marché du travail belge.

Dans la dernière édition de son étude de rémunération annuelle, le cabinet de recrutement Robert Walters souligne une réelle pénurie de talents et un marché du recrutement de plus en plus complexe et concurrentiel grâce au retour de la croissance économique et au regain de confiance sur le marché de l’emploi .

« Pour lutter contre la pénurie de talents, les employeurs devront offrir un environnement de travail stimulant et attrayant », nous explique Antoine Biot, Directeur de Robert Walters Belgique.

Comment le marché du travail a-t-il changé au cours de cette dernière année ?

« Avec la reprise économique et un taux de chômage en baisse en 2016, le regain de confiance sur le marché de l’emploi a continué à croître. Les candidats étaient réticents et sont devenus de plus en plus disposés à changer de fonction. Plus que jamais, il y a un besoin de s’identifier aux valeurs d’une entreprise et nous avons aussi constaté que les salariés attachent de plus en plus d’importance au bien-être au travail avant d’être amené à changer d’emploi. De nouvelles fonctions ont été créées, principalement en Flandre, où l’augmentation des offres d’emploi a été significative. »

Comment la société Robert Walters a-t-elle observé ce changement ?

« Tout d’abord, un nouvel élan sur le marché se constate habituellement sur le marché intérimaire, ensuite intervient une hausse du recrutement permanent. Pour construire l’avenir, les entreprises investissent dans leurs équipes afin de soutenir leur croissance. Les postes permanents en finance ont été les plus demandés parmi les grandes entreprises dans la région bruxelloise et parmi les PMEs en Flandre. L’une des raisons pour lesquelles les créations d’emplois se sont déplacées vers la Flandre est due aux problèmes de circulation dans notre capitale, ce qui a poussé les sociétés à se décentraliser dans la mesure du possible. »

Comment évoluera le marché du travail en 2017 ?

«  En dépit des restructurations et des licenciements annoncés dans le secteur bancaire, nous nous attendons à ce que le nombre d’emplois en finance progresse encore, les entreprises ont davantage inclus leurs services financiers au sein de leurs plans stratégiques, ce qui a entraîné une forte demande pour les spécialistes en audit, contrôle, analyse, risques et compliance. Les processus internes sont passés en revue afin d’améliorer l’efficacité opérationnelle. La numérisation accélérera la demande d’IT security officers et de spécialistes numériques, entraînant une pénurie de candidats dans ces domaines et par conséquent, une intense concurrence entre recruteurs. Nos derniers sondages auprès de nos candidats ont révélé un optimisme accru dans l’économie belge et une volonté d’être plus actif sur le marché du travail. 78% de nos candidats s’attendent à recevoir une augmentation salariale cette année. »

Comment les salaires vont-ils évoluer en 2017 ?

«  Les salaires resteront relativement stables dans le secteur bancaire. Toutefois, compte tenu du manque de candidats, les spécialistes en gestion de risques, compliance et digitalisation seront en mesure de négocier des salaires plus élevés. Notre étude de rémunération annuelle révèle que les hausses salariales observées en 2016 pour les postes permanents en audit, consolidation, contrôle et analyse, augmenteront encore en 2017. 85% des employeurs récemment interrogés déclarent offrir des horaires flexibles et la possibilité de travailler à domicile, nous nous attendons à ce que les employeurs s’investissent encore plus afin d’améliorer l’équilibre travail/vie privée de leurs employés en 2017. »

Comment les employeurs devront-ils réagir face à cette évolution ?

« Dans la plupart des secteurs, la loi de l’offre et la demande s’est inversée en faveur du candidat. Pour attirer des candidats de haut niveau, les employeurs devront gérer les processus de recrutement de manière rapide, transparente et efficace. Bien sûr, ils devront également offrir un environnement de travail stimulant et attrayant. Selon une de nos enquêtes récentes, seulement 56% des employeurs ont mis en place une stratégie d'image employeur. Heureusement, 38% ont l'intention d'investir dans leur visibilité et leur image en tant qu'employeur afin d'attirer de nouveaux collaborateurs. »

« Les candidats sont devenus sélectifs et ambitieux. En tant que véritables «business partners», ils veulent mesurer leur impact stratégique et participer activement à des projets pour la croissance de l'entreprise. Afin de ne pas perdre ses collaborateurs, la rétention sur un marché concurrentiel est extrêmement importante. Nous conseillons aux recruteurs d'offrir à leur personnel des offres plus personnalisées et valorisantes, comprenant par exemple des conditions de travail flexibles et des possibilités de formation et d’évolution professionnelle. »

Comment la politique influencera-t-elle le marché du travail belge?

« La réforme fiscale qui a réduit l’impôt des sociétés aura un impact positif sur les recrutements. En ce qui concerne les conséquences du «Brexit» et l'élection du nouveau Président américain, nous devrons attendre pour voir leur impact sur la Belgique. Une période très intéressante est ouverte. »

Que signifient ces changements pour Robert Walters en Belgique ?

« Avec une demande accrue de candidats dans tous nos domaines (audit, finance, ingénierie et interim management) et pour soutenir cette croissance, nous avons renforcé nos équipes en recrutant des professionnels capables d'évoluer et de développer leurs compétences au sein du groupe. Afin de répondre à la demande de nos clients, nous avons en outre poursuivi le développement de notre réseau et récemment ouvert un bureau à Anvers. Les perspectives pour 2017 sont très positives et nous prévoyons de poursuivre notre croissance. »

(ss/kv) - Source : Robert Walters 

Plus d'info Carrière , Jobs d'avenir , Gagner plus / moins

02/02/2017