Avez-vous raison de changer souvent de job ?

Vous changez de boulot comme de chemise ? Si vous papillonnez avec un cap bien déterminé, vous avez sans doute raison. Ce n’est pas réfléchi ? On pourrait bien le retourner contre vous. Enquête sur le jobhopping.

Accountemps, une division de Robert Half International spécialisée dans l’intérim, a mené une étude auprès de 1 765 DRH dans 9 pays. Qu’en ressort-il ? Un beau bagage de formation, couplé à de multiples expériences acquises auprès de différents employeurs, pèse lourd dans l’évaluation d’un CV. Seul un tiers des entreprises françaises considèrent que des changements réguliers de postes sur une courte période réduisent les chances à l’embauche.

Pas le temps de s’embêter

Occuper un nouveau poste et vaquer à des activités durant un an ou deux, quoi de plus excitant ? Parce qu’après, franchement, cela devient vite ennuyeux, on a plutôt envie d’essayer autre chose. Alors les fréquents changements de fonction et d’environnement vous boostent et vous donnent envie de toujours apprendre du neuf. Bref, c’est bon pour la passion !

Chercher le meilleur en se testant

Selon Daniel Gilbert, psychologue de Harvard et auteur du livre Stumbling on Happiness, essayer de nombreux jobs avant de tomber sur le bon est au moins tout aussi efficace que de se soûler à rechercher le bon poste à coup de devinettes sur ce qui nous convient.

Se forcer à sortir de sa zone de confort est une des conditions. Apprendre du neuf est plus enrichissant et passionnant que de refaire toujours les mêmes choses. Cela suppose que l’on puisse en accepter les risques d’erreurs, les faux aiguillages : les réussites et les échecs jalonnent le chemin vers le succès. Mais n’est-ce pas aussi ce qui nous pousse à sortir du lit chaque matin ? En vitesse de croisière, pourquoi encore aller sur le pont ?

3 questions à se poser avant de bouger

 

David Master, management consultant et auteur du blog Passion, People and Principles, nous invite avant de passer à autre chose à réfléchir à 3 questions clés :

  1. Est-ce aussi fun que je ne le pensais ?
  2. Combien puis-je être payé pour cela ?
  3. Puis-je réellement apporter ma contribution à cette fonction ou ne suis-je qu'un simple acteur de plus ?

Sources : http://www.careercast.com/, http://blog.penelopetrunk.com, http://actu.efinancialcareers.fr
(sc)
 

 

Plus d'info Job-hopping

06/09/2013