Absent des médias sociaux ? C’est louche !

Vous pensiez dissimuler vos profils sur les réseaux sociaux à vos futurs employeurs ou à les effacer temporairement ? Vous hésitiez même à vous y inscrire, histoire d’éviter les problèmes de vie privée ? Soupesez bien votre décision…

Vous postulez quelque part ? Sachez que votre employeur réalise toujours sa petite enquête online en cachette, même si elle n’est pas toujours approfondie. Google peut être votre meilleur ami, ou… votre meilleur ennemi.

Empreinte numérique

Avant que vous ne sollicitiez auprès d'une entreprise, tapez vous-même votre nom sur Google et regardez ce qui se dit à votre propos sur la toile. Il n'est pas question de narcissisme mais simplement de vérifier s'il n'y a pas d'éventuelles photos sur lesquelles vous êtes complètement saoul, de films qui vous jouent des tours ou d’autres preuves qui susciteraient des interrogations de la part de vos futurs collègues.


Certains candidats vont très loin dans la dissimulation ou la suppression de leur profil en ligne. Ils se font disparaître des archives numériques pour de bon. Selon l’enquête de Protecting.co.uk, ce comportement extrême peut aussi jouer en leur défaveur.

Vérification

Les enquêteurs prétendent que 74% des employeurs contrôlent les profils des candidats sur Facebook, Twitter et LinkedIn. 68% d’entre eux avouent se baser sur les contenus trouvés (posts, photos, etc.) sur internet pour juger si les candidats sont pris ou non en considération dans la procédure de sélection.


"En raison de la compétitivité sur le marché du travail actuel, les employeurs peuvent se montrer particulièrement sélectifs lors du recrutement", avancent les enquêteurs. "Une présence sur les réseaux sociaux se doit d’être parfaitement irréprochable. N’oublions pas qu'il est désormais courant que les employeurs contrôlent quasi systématiquement le profil en ligne des candidats potentiels."


Ils ne font pas que monitorer la vie virtuelle de ceux-ci, mais vérifient également celle de leurs collègues. Quelque 24% des managers interrogés prétendent avoir déjà demandé des comptes à leurs collaborateurs au sujet de ce qu’ils avaient publié sur la toile.

(In)activité suspecte

Une suppression complète sur le net n’est cependant pas une solution bien opaque. 15% des employeurs admettent estimer une absence totale du web suspecte. Un manque de présence soulève donc beaucoup de questions. A-t-on quelque chose à cacher ? Résiste-t-on à la tendance des médias sociaux ? L’internet nous fait-il peur ? Est-on asocial ou n’a-t-on rien à raconter ? Le réflexe de se supprimer du web risque juste d’éveiller plus de méfiance auprès des employeurs potentiels.

Extension à votre CV

N’oublions pas non plus que les médias sociaux offrent souvent beaucoup d’opportunités. Vos comptes en ligne sont particulièrement utiles pour vous profiler et pour entretenir votre image personnelle. Un employeur peut se laisser convaincre par le contenu disponible en ligne sur le candidat qu’il veut engager. Voyez plutôt cela comme une extension intéressante à votre CV…


(EH) (SC) Source : Express.be 

Plus d'info Médias sociaux , Equilibre vie privée/professionnelle , Postuler en ligne , Pourquoi je ne trouve pas de job ? , Conseils pour solliciter , Vie privée

13/04/2015