A quel point votre lieu de travail sent-il mauvais ?

Votre lieu de travail a-t-il une odeur particulière ? Bien souvent, la réponse est affirmative. Les nuisances olfactives incommodent de nombreux employés mais peu osent s’en plaindre à leurs supérieurs.

19 juin 2018

Partager

Il est difficile qu’un open space ou un bureau partagé n’ait pas d’odeur. Chacun a une odeur qui le caractérise mais il arrive que des parfums envahissent les lieux de travail. Les collègues qui mangent à leur bureau pour gagner du temps ou grignotent un en-cas tout en travaillant y sont pour quelque chose.

Top 3 des nuisances olfactives

Il n'est pas surprenant que la nourriture dégageant une forte odeur sur le lieu de travail occupe la première position du classement des comportements indésirables au bureau. L’excès de parfum et les odeurs corporelles trop fortes arrivent en seconde place. Enfin, les odeurs d’encens, de bougies parfumées ou de fleurs complètent le top 3.

Comment aborder la problématique ?

Quand on demande aux employés ce qu'ils font pour éliminer ces mauvaises odeurs, il apparaît qu’ils ne font généralement rien. Pas moins de 46% des personnes interrogées admettent simplement tenter de les ignorer et de souffrir en silence. 17% vont parler à la personne concernée et seulement 15% demandent au manager, aux RH ou au service du personnel d'intervenir.

En tant que manager ou employé dans le département RH, vous pouvez aller à la rencontre de l'employé en question.

Bien sûr, il est important de déterminer les causes du problème. Une odeur corporelle peut être liée à des raisons médicales, une odeur d'alcool peut arriver après un heureux évènement ou une fête de fin d’année, l’excès de parfum peut être un simple accident et la nourriture devant le poste de travail une conséquence d’un manque de temps.

Parlez à l'employé et dites que vous avez remarqué l'odeur sans signaler que cela dérange également d'autres collègues. Sinon, l’employé pourrait se sentir offensé, intimidé ou honteux. Donnez-lui le temps de résoudre le problème ou de trouver une solution ensemble.

Politique anti-odeur

De nombreuses entreprises optent désormais pour une politique anti-odeur. Ce qui signifie qu'aucune odeur forte ne peut pénétrer sur le lieu de travail : pas de nourriture, pas de parfums forts, pas de parfums ambiants, de fleurs ou d'encens sur les bureaux. Les entreprises choisissent donc de ne pas diffuser d’odeur et leur environnement de travail reste le plus neutre possible.

Que pouvez-vous faire à ce sujet ?

1. Ouvrir les fenêtres

Ventiler l'espace peut faire des merveilles. L'oxygène circule et l'odeur disparaît.

2. Ranger

Lavez la vaisselle, videz les poubelles, nettoyez votre bureau et vérifiez qu'il n'y ait aucun aliment qui traîne à proximité de votre espace de travail.

3. Levure

La levure a des pouvoirs désodorisants magiques. Elle est idéale pour donner un vent de fraîcheur à votre chaise de bureau. En revanche, il est préférable d’avoir un aspirateur à portée de main.

4. Cachez un bol de vinaigre

Le vinaigre absorbe l'odeur des cigarettes ou de la nourriture grasse. Un petit bol suffit. Vous pouvez aussi utiliser une bougie anti-odeur ou un assainisseur d'air.

5. Allumez les lumières

Eteignez-les d’abord pour ensuite les badigeonner avec un peu de jus de citron, de vanille ou de parfum quand elles sont froides. Si nécessaire, utilisez de l’ouate ou un coton tige pour gérer les quantités. En rallumant les lampes, un parfum frais envahira instantanément votre bureau. Par conséquent, veillez à choisir des odeurs qui plaisent à tout le monde.

(eh/jy) – Sources : Apartment Therapy/Namely/Robert Half 

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

Jobs recommandés

Vous voulez également gagner plus, des collègues plus sympas ou moins d'embouteillage ?

Le job a été sauvegardé

Vous pouvez retrouver vos jobs sauvegardés en bas de cette page, mais également sur la page d'accueil ou dans Mon Jobat.

Pour pouvoir les consulter également sur d'autres appareils, connectez-vous.