9 différences entre un bon patron et un patron fantastique

Les patrons abusent souvent. Parfois à tort, mais souvent à raison. Il n’est pas difficile d’être un mauvais chef. Par contre, pour en être un très bon, il faut travailler dur. Et ce n’est pas donné à tous.

Il n’est naturellement pas simple d’être patron. La plupart ne veulent pas l’être. Pourtant, c’est entre autres la qualité des managers qui détermine le succès ou la faillite des entreprises.

1. Un bon chef garde le contrôle et veille à ce que le travail soit fait

Un patron fantastique sait que l’efficacité n’est pas le seul critère pour évaluer son personnel, certainement pas à long terme. Alors, il crée une atmosphère agréable au travail. Il n’alourdit pas la tâche de ses collaborateurs par des procédures et des checklists. En lieu et place, il donne à son équipe beaucoup de responsabilités mais aussi le temps et les moyens nécessaires pour résoudre les problèmes eux-mêmes.

2. Un bon boss stimule le sentiment d’équipe et laisse de l’espace à chacun

Un patron fantastique crée une bonne atmosphère en attirant et en plaçant les bonnes personnes à la bonne place. Il s’arrange pour que les collaborateurs non performants n’arrivent dans son équipe. Et s’il en hérite tout de même, il fait en sorte qu’ils quittent rapidement le département.

3. Les bons managers accueillent favorablement les idées créatives

Un responsable fantastique parvient à intégrer la créativité dans la vie professionnelle de tous les jours et dans les procédures. Pour chacun, cela devient alors la chose la plus naturelle au monde que d’être créatif, même en collaborant avec d’autres dans l’entreprise.

4. Les bons managers créent un environnement ouvert et propice au partage au sein de l’équipe

Les boss fantastiques créent une culture où chacun a la possibilité de mener ses changements afin d’améliorer les produits, les processus et les procédures, là où c’est nécessaire. Ils privilégient la communication ouverte afin que tous puissent exprimer leurs préoccupations et faire preuve d’honnêteté avec le plus grand naturel.

5. Un bon chef offre à son équipe des opportunités d’évolution

Les chefs fantastiques intègrent l’apprentissage et le développement individuel dans leur description de fonction, afin de valoriser la croissance personnelle. Ils veillent aussi à libérer à cette fin le temps et les moyens nécessaires chez leurs collaborateurs. Ils font éclore de l’intérieur de nouveaux leaders, sachant que c’est tout bénéfice pour l’organisation.

6. Un bon boss tient des réunions efficaces

Un patron fantastique enseigne à ses troupes la différence entre une réunion utile et du temps perdu. Ils éduquent pour ainsi dire leur équipe et apprennent à chacun de leurs collaborateurs à mener une réunion avec efficacité.

7. Un bon patron crée la familiarité nécessaire pour que chacun se sente à l’aise

Un patron fantastique encourage ses collaborateurs à discuter entre eux et à livrer ensemble de meilleurs résultats. Le succès ou l’échec en devient collectif. Des liens forts se tissent ainsi au profit de la fidélité. Les succès sont fêtés, complimentés et récompensés. Les échecs sont acceptés sans vouloir chercher de coupable et exploités comme sources d’apprentissage.

8. Un bon patron essaie de créer une bonne atmosphère au bureau

Un boss fantastique cherche en continu des méthodes pour accroître la satisfaction personnelle de ses collaborateurs et pour favoriser leurs prises de responsabilité. C’est ainsi qu’il parvient à les inspirer. Et qu’ils viennent travailler chaque matin avec enthousiasme.

9. Un bon manager montre de la reconnaissance

Les patrons fantastiques savent comment donner un bon feeling à chacun des membres de leur équipe. Ils font confiance à leur personnel et veillent à ce qu’ils soient satisfaits de leur travail sans pour autant en attendre un award.

Sources : www.inc.com

Plus d'info Patrons

30/05/2013