8 points d’attention pour les recruteurs

Lorsque l’on sollicite pour la première fois, on ne procède pas toujours selon les règles de l’art. Mais les employeurs aussi commettent des erreurs lors de leurs entretiens de recrutement.

Les bons candidats qui abandonnent en cours de route, les recruteurs n’aiment pas trop. Pourtant l’erreur est parfois chez eux. Etudiante en psychologie appliquée, Lies Coquet (UGent) recherche, pour son examen de bachelier, quelles sont les circonstances qui font que cela dérape à un moment donné. Elle interroge pour cela des entreprises comme des candidats. L’organisation d’employeurs Voka De Flandre Occidentale et Auxilios, prestataire de services RH, attirent l’attention des employeurs sur un certain nombre de points

1. Ne condamnez pas l’enthousiasme

On en veut parfois aux candidats qui entrent dans l’entreprise pleins d’enthousiasme, et on les rabroue souvent avec le prétexte que l’on n’a pas le temps, qu’il faut prendre rendez-vous. Veillez à les accueillir correctement.

2. Attention aux médias sociaux

Les candidats et les employeurs se flairent de plus en plus souvent sur les media sociaux. Facebook, YouTube et autres peuvent être une bonne référence, à condition que ce qui est en ligne corresponde avec les impressions que le candidat se fait lors de la procédure de recrutement. Les jeunes certainement vont chercher à se faire confirmer leurs opinions sur les réseaux sociaux.

3. Soyez honnête

Pour attirer les perles rares, les employeurs ont tendance à présenter une fonction sous son meilleur jour. C’est dangereux. Les candidats disent décrocher dès que l’image qu’un employeur transmet de lui-même ou d’un job s’avère n’être qu’une bulle. Ce surtout les candidats actifs dans les secteurs à pénurie qui sont très critiques. Si l’on avance des arguments comme des ‘possibilités de croissance’ ou ‘un environnement de travail dynamique’, il faut encore pouvoir les prouver.

4. Présentez l’entreprise et les collègues

L’ambiance au travail et la culture d’entreprise sont pour le candidat au moins aussi importants que le salaire et le contenu de la fonction. Laissez dès le second tour les candidats parler à un collègue potentiel ou organisez une visite dans l’entreprise. Deux tiers des candidats interrogés sont demandeurs. Organisez la visite intelligemment, sans les embrouiller ni les utiliser comme des cobayes. Vérifiez si le candidats suivent, posent des questions, s’intéressent…

5. Soyez flexible

Les employeurs qui peuvent offrir un bon équilibre entre le travail et la vie privée ont un atout en main. Les candidats interrogés remarquent réellement que beaucoup d’employeurs font encore preuve d’une attitude rigide à ce sujet. Lorsque l’on demande en interview si le télétravail ou les horaires flexibles sont organisés, trop souvent encore la réponse est évasive.

6. Ne postposez pas inutilement

Les candidats attendent que les employeurs réagissent vite. Pour les employeurs, ce n’est pas toujours évident. Néanmoins les candidats n’attendent pas directement une réponse concrète. Un message pour dire que la candidature est en cours de traitement suffit déjà à faire bonne impression. Est-il vrai que les recruteurs attendent que le candidat appelle lui-même pour prouver sa motivation ? Oui, cela existe encore apparemment. Mais hélas pour ces derniers, cela ne marche plus ainsi.

7. Ne mettez pas trop la pression

Un peu contradictoire avec le point précédent. Les candidats eux-mêmes veulent disposer d’un temps de réflexion. Jusqu’à quelques semaines. En insistant de trop insister, on n’obtiendra pas le résultat espéré.

8. Ne changez pas tout

Dans ces moments de pénurie, les recruteurs se plient plus facilement aux souhaits des candidats. Mais la pénurie ne peut être la seule raison. Une organisation doit vouloir changer fondamentalement. Les candidats qui arrivent sur leur lieu de travail et qui le trouvent en parfaite contradiction avec l’image qu’ils en ont eue, vont difficilement pouvoir trouver leurs marques.

(nm/sc) 

Plus d'info Entretien d'embauche

04/02/2013