6 tendances du recrutement en 2018

"Les candidats veulent pouvoir postuler en appuyant sur un bouton" (Sander Velghe, responsable des ressources humaines chez Attentia).

De la numérisation à l'image de marque de l'employeur, les défis auxquels les entreprises sont confrontées aujourd'hui pour attirer et retenir les talents sont multiples et variés. La vitesse l'emporte le plus souvent. "En tant que recruteur, les seules choses dont nous avons encore besoin aujourd'hui sont un CV et un numéro de téléphone."

Il n’y a jamais eu autant de postes vacants répertoriés par l'agence flamande de l’emploi (VDAB) que l'année dernière. Près d'un tiers de ceux-ci n'ont pas trouvé preneur. La 'guerre des talents' semble être en plein essor et impacte le recrutement. Avec Sander Velghe, ancien recruteur et responsable RH chez Attentia, nous passons en revue les grandes tendances du recrutement. Celles-ci sont souvent liées à la rétention des salariés.

1. Numérisation

"Cette manière complètement différente de recruter n’est pas apparue d’un seul coup", explique Sander Velghe. Bien qu'il considère l'impact croissant de la numérisation comme une tendance très importante. "Cela va de la recherche d'emploi sur LinkedIn à la réalisation d'entretiens d'embauche via Skype. Les médias sociaux jouent un rôle de plus en plus important, notamment pour le ciblage en faisant correspondre les offres d'emploi à des profils spécifiques. Pensez à certains postes vacants que vous voyez passer sur Facebook, Instagram ou Snapchat."

2. Vitesse

Une deuxième tendance liée au recrutement est la rapidité avec laquelle l’ensemble du processus d'application est géré. "Celle-ci est beaucoup plus élevée aujourd'hui qu'il y a quelques années. Tout comme il est attendu de pouvoir postuler facilement. De nos jours, les candidats veulent postuler en appuyant sur un bouton. Ils souhaitent uniquement envoyer leur CV et leurs coordonnées, rien de plus. Les employeurs doivent s’adapter et leur en donner la possibilité."

L’état du marché du travail joue un rôle. "Les postes vacants sont ouverts plus longtemps avant de trouver preneur. Dans une telle situation, en tant qu’entreprise, vous ne pouvez pas vous permettre de mettre en place un processus de recrutement long et difficile. Bien sûr, les candidats doivent passer par un certain nombre d'étapes comme un questionnaire de personnalité, un test d'intelligence, une interview ou parfois une évaluation. Vous ne pouvez pas éviter cela. En revanche, vous avez un impact sur la difficulté de postuler et la rapidité de la réaction. Il est important que le délai entre le premier contact et la signature du contrat soit le plus court possible."

3. Mobilité

La vitesse est liée à la façon dont les candidats postulent, et cela se passe de plus en plus via des appareils mobiles tels que les smartphones et les tablettes. "Pour commencer, il est très important d'avoir un site réactif où le candidat peut laisser un minimum de données très rapidement, et donc aussi avec son smartphone", souligne-t-il. "Si un chercheur d’emploi postule sur un site et que cela ne se passe pas bien, il abandonnera rapidement et ira voir ailleurs. Aujourd’hui, vous ne pouvez plus surcharger le candidat avec des questionnaires interminables ou des lettres de motivation. En tant que recruteur, les seules choses dont nous avons encore besoin sont un CV et un numéro de téléphone."

4. L'expérience du candidat

En plus d'un processus de recrutement transparent et efficace, les entreprises et leurs recruteurs doivent également fournir un feedback constant et rester en contact avec le candidat. Et ce même s’il ou elle n’est pas engagé pour le job en question. Dans une entreprise comme Lidl, cette 'expérience du candidat' est l'un des principaux projets RH de 2018. L'entreprise accompagnera et formera ses managers à donner du feedback. Il faut agir comme si le candidat était un client. Voilà comment le recrutement et le marketing se rapprochent de plus en plus.

5. Image de marque de l'employeur

Le fait que le marketing et les ressources humaines soient de plus en plus liés est également dû à l'augmentation de l'image de marque de l'employeur. Une entreprise se positionne comme une véritable marque. "Nous évoluons dans un marché de consommation. Il y a cent ans, Henry Ford disait : ‘Le client peut choisir la couleur de sa voiture, pourvu qu'elle soit noire’. De nos jours, le consommateur attend plus de choix et plus de couleurs", affirme Sander Velghe.

Ce changement implique que le client vous choisit et non l'inverse. "Les entreprises essaient de convaincre les candidats de commencer chez elles. Ce n'est plus le candidat qui doit convaincre l'employeur. Dans le passé, l'image de marque de l'employeur était principalement utilisée dans le recrutement. De nos jours, les sociétés se rendent compte qu’elle a des effets bénéfiques sur la rétention et sur l'engagement de leurs propres employés. "Cela garantit que les travailleurs sont fiers de l'entreprise pour laquelle ils travaillent, s'identifient à elle et en deviennent ainsi de véritables ambassadeurs."

6. Intégration

L'intégration est tout ce qui se passe après la signature de votre contrat, donc une fois que vous avez commencé quelque part. Elle est très importante pour les RH et le recrutement car, en période de pénurie, la rétention est primordiale. "Parfois, nous observons que des entreprises font beaucoup d'efforts au niveau de leur image et promettent des tas de choses au candidat. Si elles ne tiennent pas leurs promesses et que le candidat est livré à lui-même, il se demandera vite s’il a fait le bon choix", précise Sander Velghe.

"Avec une bonne intégration, vous vous assurerez que les attentes soient satisfaites. Cela évitera les mauvaises surprises. De nos jours, les gens n’ont aucun problème à signer un contrat dans une entreprise et de commencer ailleurs quelques semaines après si l’autre employeur leur parle davantage."

(eh/jy)

Plus d'info Jobs d'avenir , Accompagnement de carrière , Formation , Quel est le job qui me convient? , Comment trouver des offres d'emploi? , Développement personnel

23/02/2018