6 secrets pour négocier votre salaire

"Ceux qui mentionnent déjà un montant pendant leur entretien d'embauche ont perdu d'avance" (Richard N. Bolles, auteur du livre 'Quelle est la couleur de votre parachute ?').

Vous devez négocier au sujet de votre salaire ? Gardez à l'esprit les six points ci-dessous. Ceux-ci proviennent directement de l'ouvrage 'Quelle est la couleur de votre parachute ?' écrit par Richard N. Bolles et vendu à plus de 10 millions d'exemplaires. Il s'agit du livre traitant du travail ayant connu le plus de succès à travers le monde. Son auteur est récemment décédé alors qu'une nouvelle édition de son livre destiné aux chercheurs d'emploi venait d'être publiée.

"J'ai récemment parlé à une enseignante qui avait la tête dans les étoiles parce qu'elle venait de décrocher son premier emploi", écrit Richard N. Bolles dans son ouvrage. "Quand je lui ai demandé combien elle allait gagner, elle me répondit qu'elle n'en avait aucune idée mais qu'elle supposait que son salaire serait raisonnable. Au moment où elle reçut sa première fiche de paie, elle n'en crut pas ses yeux tant le montant était peu élevé."

En résumé, vous devez négocier votre salaire. Beaucoup ne s'y sentent pas prêts mais il y a six principes à prendre en compte, explique Richard N. Bolles. Ce dernier est décédé à l'âge de nonante ans mais son ouvrage reste un grand classique en matière de recherche d'emploi et de planification de carrière. Il est composé de chiffres illustrant les tendances du moment, de tests à effectuer par vous-même et de conseils pratiques pour les entretiens d'embauche. Vous ferez en sorte de ne pas oublier les 6 conseils suivants dès que vous devrez négocier votre salaire. A bon entendeur…

Secret 1 : commencer à la fin

Commencez à négocier votre salaire à la fin de l'ensemble du processus de sélection, à savoir quand la contrepartie indique vouloir vous recruter. "Il s'agit du moment où le patron se dit 'nous devons recruter cette personne'", explique Richard N. Bolles. Si l'on vous pose des questions au sujet de votre rémunération lors de précédents entretiens, ne vous étendez pas sur le sujet. Répondez dès lors quelque chose comme 'Tant que vous ne m'avez pas indiqué que vous vouliez m'engager et tant que je ne suis pas certain de pouvoir apporter quelque chose à votre organisation, cette discussion me semble prématurée.'

Si vous vous retrouvez face à un employeur qui, moins de deux minutes après le début de votre entretien, vous demande vous attentes salariales, ce n'est pas un bon signe. "Certains employeurs sont très sélectifs et le critère principal qu'ils prennent en compte est l'aspect financier. Parmi deux candidats aux compétences identiques, celui qui est prêt à travailler pour le salaire le plus bas sera engagé." Si vous vous retrouvez dans une telle situation, vous pouvez mentionner que vous ne souhaitez pas travailler dans l'entreprise en question. Si elle n'est déjà pas flexible en matière de rémunération, qu'en sera-t-il lorsque vous y travaillerez ?", poursuit l'auteur.

Secret 2 : essayez de savoir quel est le salaire le plus élevé

L'objectif des négociations est d'obtenir le meilleur salaire sur la table que l'employeur veuille bien vous payer. Les négociations salariales ne seraient jamais nécessaires si chaque employeur était prêt à vous verser le montant le plus élevé d'entrée de jeu. "Certains le font, mais la plupart ne le font pas. Ils savent quel est le montant maximal qu'ils peuvent débourser mais espèrent que vous demanderez moins. Entre les deux, il y a l'espace de négociation."

Dans une petite organisation cet espace est relativement facile à définir : vous gagnerez moins que la personne au-dessus de vous, mais plus que celle en-dessous. Richard N. Bolles s'explique : "Si vous postulez auprès d'une plus grande organisation, vous pourrez vous informer auprès de vos contacts en leur demandant s'ils connaissent quelqu'un qui travaille dans la société en question." Par conséquent, vous disposerez rapidement d'arguments supplémentaires pour négocier.

Secret 3: ne mentionnez jamais un montant en premier

Lors d'une négociation, ne mentionnez jamais de montant en premier. La première personne qui mentionne un montant est généralement perdante. Les chercheurs d'emploi peu expérimentés ne connaissent pas cette loi. Sachez que l'employeur tentera toujours de mettre la balle dans votre camp. Vous devez saisir la balle au bond et répondre "Vu que vous avez créé cette fonction, vous aurez certainement dû penser à un salaire honnête et raisonnable pour effectuer ce travail. Je souhaiterais savoir quel est ce montant."

Secret 4: effectuez des recherches préalables

Avant votre entretien, effectuez des recherches au niveau des salaires prévalant dans votre domaine ou dans des organisations similaires. "En menant votre petite enquête, vous pourrez déterminer si le montant que votre (futur) employeur mentionne est une première offre ou une proposition définitive."

Vous pouvez gagner des milliers d'euros par an en faisant quelques recherches au préalable. Cela ne demande pas beaucoup d'efforts. Vous trouverez les salaires de référence en un seul clic, y compris pour le secteur privé. Pensez notamment à l'Institut supérieur du travail ou simplement à l'indicateur des salaires Jobat sur jobat.be.

Secret 5 : soyez complet

Vos négociations salariales avec votre employeur ne seront pas conclues sans avoir discuté des avantages extralégaux. Ceux-ci sont de plus en plus importants et peuvent également aider les employeurs à optimiser leur package de rémunération globale (d'un point de vue fiscal). Des extras tels une assurance groupe, une assurance hospitalisation, une voiture de société ou des chèques repas augmentent sensiblement la valeur totale du package salarial. "Par conséquent, assurez-vous de savoir quels sont les avantages les plus importants à vos yeux avant de vous rendre à un entretien."

Secret 6 : inscrivez tout sur papier

"Quand vous avez fait le tour de la question, faites un résumé de tout ce qui a été convenu. Inscrivez tout sur papier et apposez-y votre signature ainsi que celle de votre (futur) employeur. "De nombreux cadres 'oublient' malheureusement ce qu'ils ont promis lors de l'entretien. Parfois, ils oublient pour de vrai mais, dans d'autres cas, ils jouent juste un jeu ou il peut arriver que leur successeur refuse de prendre les promesses verbales en compte. Assurez-vous que tout soit écrit et signé, en particulier en matière de contrat de travail et de rémunération. Vous en avez pleinement le droit, et si quelqu'un refuse que vous agissiez de la sorte, faites doublement attention", conclut Richard N. Bolles.

(eh/jy) 

Plus d'info Avantages extralégaux , Combien vaut mon travail? , Gagner plus / moins

15/05/2017