6% d’accros au monde virtuel

Vous arrive-t-il de vous dire que vous êtes complètement accro à internet ? Peut-être n'est-ce pas si mal que cela… Selon une enquête, il semblerait que 6% des individus naviguant sur le web en soient véritablement dépendants, ce qui est relativement peu.

Des chercheurs de l’Université de Hong Kong présentent des résultats étonnants en matière de dépendance à internet. Ceux-ci concluent que 7% de la population en ligne souffrirait d’une vraie dépendance, mais ils remarquent également des fluctuations régionales.

Différences régionales

La première surprise est bien sûr le fait que ce ne sont pas les pays d'Europe de l'Ouest ni du Nord qui enregistrent les chiffres les plus élevés. En Scandinavie et en Europe de l’Ouest, il ressort que seulement 2,6 % de la population virtuelle serait accro au web. Comparé à d’autres régions, ces résultats sont particulièrement peu élevés. Un pic absolu est observé en Europe Centrale et de l’Est (10,9 %) ainsi qu'en Asie, où l'on enregistre une moyenne de 7,1%.


Selon Cecelia Cheng et Angel Yee-lam Li, deux des enquêteurs, la grande différence observée entre les régions mettrait à mal le préjugé selon lequel l’addiction à l’online serait liée aux possibilités d’accès à l’internet et/ou à la pénétration des médias dans la société. "En Scandinavie et en Europe de l’Ouest, l’internet connaît une forte pénétration, mais ces régions semblent tout de même moins touchées par le phénomène."

De quoi s’agit-il ?

Quand est-il réellement question d’addiction ? Les enquêteurs définissent le phénomène comme une difficulté à contrôler ses impulsions. Etre dépendant du net, c’est ne plus être en état de se retenir de se connecter en ligne. Quelque chose qui pourrait, en soi, être lié à la qualité de vie. "La dépendance en ligne peut avoir un effet négatif notamment sur la santé et les relations sociales."


Selon les enquêteurs, l’internet serait utilisé pour échapper à la réalité. Les individus mécontents de leur vie ou du monde offline se réfugieraient dans leur univers à eux, virtuel. En conclusion, plus la qualité de vie est médiocre, plus le risque de dépendance au net serait élevé.


(EH) (SC) Sources : Express.be 

Plus d'info Santé , Workaholic , Equilibre vie privée/professionnelle , Ordinateur et internet

02/03/2015