5 raisons pour lesquelles vous n’êtes pas chef

Calimero, le poussin noir portant sur sa tête sa coquille d'œuf brisée
Calimero : "C'est vraiment trop inzuste !"

Que vous respectiez votre patron ou que vous le détestiez, il y a bien des raisons pour lesquelles il est là où il se trouve et que vous ayez un plus petit bureau que lui.

1. Vous vous en tenez à ce que vous connaissez

Si vous êtes un informaticien dans l’âme, vous consacrez la majeure partie de votre temps aux choses techniques et vous vous inquiéterez peu de savoir si la vente se déroule bien. Si vous êtes un homme de chiffres, vous vous occupez vraisemblablement surtout de cashflow et peu du design des produits. Et il n’y a rien d’anormal, c’est logique que vous fassiez ce que vous connaissez bien. En fait, vous êtes trop bien dans ce que vous faites et vous n’élargissez pas assez vos horizons, ce qui vous aiderait à être l’élu lors de nouvelles promotions…

2. Vous êtes trop honnête

Personne ne connait toutes les réponses à l’avance, même pas vos patrons. Mais ils préfèrent simplement faire comme si. Ils disent en pleine réunion qu’ils décident ceci ou cela alors qu’ils ne savent pas encore comment ils le feront. Ils s’en occuperont plus tard, cela finit toujours par s’arranger. Une bonne dose d’assurance et de confiance en soi sont indispensables si vous voulez progresser. « On remarquera bien un jour la qualité que je livre et je serai récompensé ». Mais non cela ne marche pas ainsi, il faut régulièrement veiller aux apparences.

3. Vous réagissez seulement à ce que vous voyez

Naturellement, on ne peut voir ce que l’on ne voit pas. Mais essayer de voir autre chose que ce qui est sous vos yeux. Les patrons flairent le potentiel de loin, le collaborateur susceptible d’évoluer ou de recevoir plus de responsabilités. En restant dans votre zone de confort, vous ne risquez pas de surprendre. Regarder plus loin que votre propre bureau est une première étape.

4. Vous considérez que votre boulot est plus important que celui des autres

A nouveau, c’est humain naturellement. Nous voyons surtout que nous devons travailler dur et nous sous estimons ce que les autres doivent faire. Les vendeurs pensent que les marketeers l’ont facile, ces derniers estiment qu’il n’y a rien de plus simple que de vendre. Ils doivent seulement arrondir les angles dans des négociations déjà préparées par d’autres. Les ouvriers pensent que tous ces hommes derrière leur pc ne travaillent pas, pendant qu’ils fabriquent les produits. Celui qui veut être patron doit rester au-dessus de la mêlée et valoriser chaque maillon de la chaine, y compris ceux qui travaillent dans un autre service.

5. Vous dites « oui, je comprends » alors que vous pensez « non, j’aimerais que vous m’expliquiez un peu mieux »

Vous n’osez pas non plus l’avouer lorsque vous n’avez pas compris quelque chose ? Cela fait mauvaise impression de le reconnaître, certainement si quelqu’un d’autre a visiblement tout compris ? Essayez de ne pas vous cacher, vous y perdez encore plus. En posant des questions, vous en apprenez davantage et vous envoyez un signal positif à vos supérieurs : vous êtes curieux et assoiffé de comprendre.

Plus d'info Patrons , Développement personnel

02/12/2013