4 réalités sur le trajet de votre domicile à votre lieu de travail

Même si vous passez plus de temps que prévu dans les files, les transports publics ne sont pas une alternative.

En effet, le Belge consacre une moyenne de 54 minutes par jour à ses trajets pour aller et rentrer du boulot. Près d'un salarié sur quatre souhaite changer d'emploi afin de travailler plus près de son domicile. Tels sont les chiffre d'un récent sondage réalisé par le service de ressources humaines Securex auprès de 1600 travailleurs belges. Cette étude a également mis certains autre éléments en avant. Quels sont-ils ?

1. Les transports en commun : les plus longs itinéraires

Vous passez près d'une heure par jour dans votre voiture pour aller/rentrer du boulot. En vélo ou à pied, cela baisse à une demi-heure. Ces deux modes de déplacement sont considérés comme les plus "rapides". En effet, avec les transports en commun, vous prenez plus d'une heure et demie (96 minutes) par jour pour effectuer vos trajets depuis/vers votre lieu de travail.


"Même s'ils sont souvent mis en avant, les transports publics ne sont pas toujours la meilleure option", explique Hermina Van Coillie, enquêtrice en ressources humaines chez Securex. "Avec ce type de transports, vos itinéraires sont plus longs. De plus, il ressort que cette alternative est perçue comme la plus stressante."

2. Déménager plus près de son lieu de travail n'aide pas beaucoup

Ce sont surtout les travailleurs bruxellois qui sont concernés par de longs trajets domicile-lieu de travail. Il passent minimum 95 minutes sur la route tandis que les travailleurs flamands n'en passent que la moitié (47 minutes). Déménager dans une ville proche de votre lieu de travail ne vous garantit pas toujours un trajet fluide.

Même si le conseil du déménagement est souvent cité, reconnaît Van Coillie, en travaillant près de chez vous, vous parcourrez peut-être moins de kilomètres mais vous ne prendrez pas nécessairement moins de temps.

3. Les bureaux difficilement accessibles sont problématiques

Une heure de trajet semble le maximum acceptable. Un peu moins de la moitié (43%) des employés devant passer plus d'une heure sur la route souhaiteraient trouver un employeur situé plus près de chez eux. Pour les travailleurs prenant moins d'une heure, ce taux tombe à 17%. Il s'agit d'un défi quotidien pour les bureaux difficilement accessibles. "Le temps de trajet moyen est actuellement de 54 minutes et le trafic ne fera qu'augmenter dans les années à venir. De plus en plus de personnes opteront pour un autre emploi moins exigeant en termes de temps de déplacement ou plus flexible au niveau des horaires", explique Securex.


Vu que l'économie se reconstruit progressivement et qu'il y a un certain nombre de professions en pénurie, cela devrait faire réfléchir certains employeurs situés en plein centre-ville."

4. Les personnes victimes de longs trajets sont malheureuses et tombent plus facilement malade

Selon une étude menée par l'Université d'Anvers, les longs trajets peuvent se révéler préjudiciables au bien-être des employés. Les personnes qui parcourent des distances plus courtes sont en moyenne malades 4,5 jours par an. Pour les personnes qui passent trois heures par jour dans leur voiture, cela peut aller jusqu'à 7 jours par an.


L'enquête a révélé que le gouvernement britannique a également effectué une étude auprès de 60 000 travailleurs. Les résultats parlent d'eux-mêmes : chaque minute supplémentaire de trajet du domicile vers le lieu de travail fait diminuer le bien-être des navetteurs.


Les études belges et britanniques sont en accord avec d'autres recherches internationales : les longs trajets nous rendent malades et malheureux. Plus cela prend du temps pour se rendre au bureau, moins vous serez satisfait de votre vie en général, et ce même si vos collègues sont extrêmement sympathiques.


(eh/jy) 

Plus d'info Embouteillages

29/09/2017