3 peurs à surmonter au travail

Il est tout à fait normal d'apprécier les choses que vous aimez faire et auxquelles vous êtes habitué. Personne n'est un spéculateurs né, et la prise de risques démesurés aura tendance à être évitée. Ceci dit, s’ouvrir de temps en temps à l’inconnu peut produire des miracles, et ce notamment pour votre carrière…

Si votre emploi vous fait paniquer au point d'avoir des insomnies, il est grand temps de voir les choses autrement et d'apprivoiser vos peurs.

Reconnaissez-vous ces trois angoisses typiques? Vous pourrez ainsi les mettre de côté plus facilement.

1. La crainte du licenciement

Beaucoup de personnes sont convaincues qu'être licencié est la chose la plus grave et la plus dénigrante qui puisse leur arriver. Pire, ils pensent que s’ils le sont, ils ne seront plus jamais engagés ailleurs. Les employeurs ne demandent pas mieux que nous continuions à penser de la sorte, de manière à pouvoir engager des employés prêts à travailler plus pour gagner moins. Bonne nouvelle, le licenciement n’est pas la fin du monde. Environs 70% des travailleurs ont été licencié au moins une fois avant leurs 35 ans. En résumé, cela arrive à tout le monde.

Vous voulez vaincre votre peur du licenciement ? Il est temps de vous construire un solide réseau social. Cela vous garantira une fiabilité au niveau de votre sécurité d’emploi. Ce n'est pas un licenciement qui va ruiner votre avenir, pour autant que vous retiriez quelque chose de cette épreuve et en ressortiez grandi.

2. Vous n’osez pas demander une augmentation

Les employeurs s’arrangent souvent pour que leurs collaborateurs, paralysés par la honte, n’osent pas demander d’augmentation. Tant qu’ils vous donnent l’impression que c’est un privilège de travailler pour eux, vous n’élèverez pas la voix et encore moins pour demander quelque chose. Mais c’est votre droit de définir ce que vous valez. Si vous ne gagnez pas assez à vos yeux, libre à vous de demander plus.

Comment mettre cette peur de côté ? En étant calme et pleinement confiant. Ignorez votre voix intérieure – c’est votre mental - qui essaie de vous faire croire que vous n’êtes pas un teamplayer si vous demandez une augmentation. Ou que vous êtes un égoïste si vous tenez à être rémunéré pour vos efforts. En négociant, rappelez-vous bien ceci : il y a assez d’options pour vous en dehors de l’entreprise.

3. Vous n’osez pas proposer des idées

Vous avez une idée formidable mais n’osez pas l’inscrire à l’agenda de la prochaine réunion d’équipe car vous n’avez pas encore réfléchi à tous les détails? Vous craignez qu’il ne reste des erreurs que vous n'ayez pas encore remarqué dans votre dossier?

Si vous vous décidez à présenter votre idée, faites le de manière convaincante et bannissez les tournures de phrase hésitantes. Sinon, il se peut que vos collègues seront tentés de ne plus vous écouter par la suite. Et être ignoré trop souvent peut signifier la fin de votre carrière.

Plutôt que de mettre votre idée aux oubliettes, pourquoi ne pas essayer de surmonter votre peur en gardant certaines choses bien en tête ? Les autres auront du mal à vous ignorer si vous parlez avec conviction. Et si cela devait être le cas, ce ne serait pas de votre faute.

Préoccupez-vous de faire ce qui est bon pour l’entreprise, en mettant votre égo de côté et faites-vous entendre. Ainsi, vous dormirez sur vos deux oreilles, parce que vous savez que vous aurez pris un risque calculé pour votre équipe.

(EH) (SC) Source : blog.brazencareerist.com  

Plus d'info Stress , Développement personnel

24/06/2014