20% des membres du parlement français ont des liens familiaux entre eux

Le terme de "copinage" est régulièrement évoqué lorsque l'on parle de recrutement relatif à des fonctions de haut niveau. Les hommes politiques français vont encore plus loin, au point de transformer le parlement français en une véritable entreprise familiale.

Une affaire de famille

La Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique a présenté un rapport démontrant que 20% des 577 membres de l'assemblée nationale française (qui, avec le Sénat, compose le Parlement français) ont tendance à recruter des membres de leurs familles. Cela signifie qu'au moins 115 membres occupant un emploi à temps plein ou partiel ont des liens de filiation entre eux.


52 députés français emploient leurs femmes pour des fonctions diverses, 28 ont choisi de travailler avec leurs fils et 32 ont réservé une place pour leurs filles au sein de leur cabinet. Ce sont également les frères, sœurs, cousins et cousines qui travaillent en tant que membres du personnel.

Ces chiffres sont élevés, d'autant plus qu'ils furent fortement condamnés au niveau européen il y a un certain temps. En effet, le parlement européen tenta de mettre fin à ces pratiques en 2009 de manière à limiter les conflits d'intérêts.

Chasse aux sorcières

Cependant, la plupart des députés français trouvent qu'ils s'agit de la chose la plus normale du monde. Michel Lesage, représentant du parti socialiste, y a notamment employé son fils. Il affirme que ce n'est absolument pas pour favoriser les membres de sa famille et qu'il ne voit pas pourquoi quelqu'un possédant les compétences appropriées devrait être pénalisé à cause de ses liens de parenté. Frank Gilard, représentant de l'UMP, parle d'une chasse aux sorcières et précise que, si on leur interdit d'agir de la sorte, il devrait en être de même pour le secteur privé.


Selon une enquête réalisée par Mediapart, un magazine en ligne indépendant, un nombre restreint de personnes osent s'exprimer en tant que partisans de l'interdiction du copinage au sein du Parlement européen. En soit, cela n'est pas interdit et ce phénomène est loin d'être nouveau. De telles pratiques existent depuis des siècles mais font à présent les titres de l'actualité politique.


Une question qui se pose naturellement est désormais la manière dont ces personnes sont rémunérées et le fait de savoir s'il n'y a pas d'abus de fonds publics. D'un point de vue légal, les revenus d'un parlementaire ne peuvent excéder 9000 euros par mois, tandis que ceux d'un membre de sa famille ne peuvent dépasser les 4750 euros mensuels.

(EH) Source : Lefigaro.fr , Mediapart.fr, Express.be 

04/09/2014

  • 04 septembre 2014