1 personne sur 8 est victime d’agressions sur son lieu de travail

Les agressions en milieu de travail signifient tous les incidents impliquant des travailleurs insultés, menacés ou attaqués.

Les agressions en milieu de travail signifient tous les incidents impliquant des travailleurs insultés, menacés ou attaqués, ce qui constitue une menace pour leur sécurité, leur bien-être et/ou leur santé.

Cela se passe bien plus souvent que vous ne pourriez le penser. Au cours des 6 derniers mois de l’année 2016, 12,5% des employés ont été confrontés au moins une fois à une forme de violence et, pour 1,7% d’entre eux, il est question d’agressions une fois (ou plus) par semaine. Telles sont les observations d’une étude menée par l'IDEWE, un service externe de prévention et de protection au travail, auprès de 17.000 employés belges au sujet de leur bien-être psychosocial au travail.

Top 3 des formes d'agression les plus courantes

  1. Exclusions ou menaces (11,3%)
  2. Menaces de violence physique (5,2%)
  3. Violences physiques (4%)

Homme vs. Femmes ?

Les agressions en milieu de travail sont presque aussi fréquentes chez les femmes (12,3%) que chez les hommes (12,7%). Dans 49,3% des cas, elles proviennent de personnes externes telles des clients ou des élèves. 32,7% des répondants indiquent des collègues ou des managers en tant qu'auteurs.

Dans 11,9% des cas, tant des personnes externes qu'internes sont désignées comme la cause de l'agression sur le lieu de travail. Il est frappant de constater que les femmes sont plus susceptibles d'être affectées par des agressions externes (57,5% contre 27,9% pour les agressions internes) alors que, chez les hommes, la situation est plus ou moins équivalente (38,1% contre 37,3%).

Enfin, l’enquête montre que les agressions sont les plus courantes dans le secteur de la construction (21,7%), suivi du retail (19,3%) et du secteur public (16,7%).

Risque de burn out ?

"Les insultes, les menaces ou des attaques physiques sur le lieu de travail ne sont pas sans conséquences", déclare Lode Godderis, directrice de la connaissance, de l'information et de la recherche chez IDEWE. "Les employés touchés ont 2 fois plus de chances d’être victimes d’un burn-out (29% contre 14,9%). Cela implique des coûts non négligeables pour les entreprises."

L’intention de la victime à rester travailler dans l’entreprise est de 50,1%, ce qui est inférieur aux travailleurs qui ne subissent pas d'agression sur leur lieu de travail (66,6%). De plus, 34,2% des victimes ont un niveau de stress élevé (contre 17,9% des autres travailleurs).

"Tant les employés que les employeurs ont intérêt à éradiquer les agressions sur leur lieu de travail. Les entreprises ont bien raison de mettre en place une politique d'agression", déclare Lode Godderis. "Il existe également différentes formations au sujet des agressions et des conflits. Enfin, les entreprises doivent, s'engager fermement dans la médiation des conflits, les interventions d'équipe ou les conseils individuels après un incident d'agression."

(eh/jy) – Source : IDEWE 

Plus d'info Santé , Comportement indésirable au travail , Lieu de travail , Collègues , Patrons , Heureux au travail , Discrimination

25/09/2017