1 employé sur 3 enfreint l'interdiction d'aller sur Facebook au bureau

40% des employés européens ne peuvent pas utiliser Facebook sur leur lieu de travail. Cette restriction est de moins en moins respectée. En effet, un tiers des intéressés admettent contourner cette règle. A l'heure des tablettes, des smartphones et du cloud computing, de telles mesures sont-elles toujours d'actualité ?

Votre employeur bloque-t-il l'accès aux réseaux sociaux ? Y a-t-il une interdiction explicite relative à l'utilisation de Facebook ou d'autres applications de messagerie instantanée pendant les heures de travail ? Même si l'accès à toutes ces distractions est limité, vous aurez vite fait de prendre vos collègues en flagrant délit de contournement des restrictions imposées par la direction.

Quelle interdiction Facebook ?

Une étude menée par Samsung Electronics montre que 1 employé belge sur 3 bafoue les règles relatives à l'utilisation des médias sociaux. Les travailleurs ne manquent pas d'ingéniosité pour déjouer les blocages de leurs ordinateurs d'entreprise, ou apportent même leur propre matériel pour se connecter en toute tranquillité. Avec sa propre tablette ou son propre smartphone, il est bien plus facile de prendre une minute pour effectuer une mise à jour de statut ou pour parcourir les photos de ses collègues de travail.

Il n'est guère surprenant de voir que les travailleurs les plus jeunes (entre 18 et 34 ans) sont les plus touchés par ces limitations, et qu'il est difficile de leur imposer une restriction de leur activité en ligne. Facebook reste ouvert en permanence chez 48% d'entre eux, tandis que 45% ne peuvent s'empêcher de scruter leur compte Youtube.

Environnement de travail flou

Il est évident qu'il n'est pas facile de suivre les règles imposées par une entreprise. Les journées de travail commencent parfois bien avant d'avoir franchi le pas de la porte du bureau. Certains sont déjà à l'attaque avant même d'avoir ingurgité leur premier café matinal. 63% des personnes interrogées déclarent déjà s'occuper de tâches relatives à leur travail avant d'être installées à leur bureau. 78% font de même le soir après avoir quitté leur lieu de travail.

Les frontières entre le travail et la vie privée sont de plus en plus floues, et les employés ont tendance à être plus flexibles en adaptant leur rythme de travail à l'environnement extérieur. Les tâches d'ordre personnel trouvent de moins en moins de place dans un emploi du temps souvent surchargé. Le petit déjeuner se fait subtilement envahir par des e-mails professionnels, les paiements personnels en ligne ont lieu pendant les heures de travail, et les réunions sont prévues en fin de soirée après le journal télévisé.

41% des répondants utilisent leur smartphone personnel sur leur lieu de travail et y installent des applications telles Outlook, de sorte qu'ils aient accès à leur messagerie professionnelle en rentrant le soir à la maison. Les personnes possédant un téléphone de société y installent également des applications telles Facebook, Whatsapp ou des jeux pour pouvoir se détendre en cas de stress.

Evolution

Bien que l'enquête menée par Samsung révèle que seulement la moitié des répondant sont libres d'utiliser les technologies comme ils le souhaitent, Unizo affirme que seulement 16% limitent leur utilisation d'internet et constate que les employeurs offrent une certaine liberté à leurs employés. 4 travailleurs sur 10 ont l'autorisation de surfer sur des sites n'ayant rien à voir avec leur travail, pour autant que leurs obligations professionnelles n'en pâtissent pas.

En effet, le partage de vidéos comiques sur Youtube ne peut que contribuer à rendre les employés plus heureux, plus détendus, et insuffle un esprit d'équipe positif. En conclusion, une myriade d'avantages.

(EH) - Bron: hrsquare.be 

Plus d'info Médias sociaux , Equilibre vie privée/professionnelle

02/09/2014