Allocation de chômage
Précédent

1 de 29

Suivant

Modalités de travail plus souples pour les étudiants, les demandeurs d'asile et les chômeurs temporaires

Le 'super kern', à savoir un super comité ministériel restreint, a pris certaines mesures pour assurer une certaine fluidité sur le marché de l’emploi. Ces décisions s'appliquent notamment aux demandeurs d'asile, aux étudiants et aux chômeurs temporaires.

1. Étudiants

Normalement, les étudiants peuvent travailler un maximum de 475 heures par an en bénéficiant de conditions fiscales intéressantes. Ils sont désormais autorisés à travailler dans des secteurs critiques tels que la vente au détail ou le secteur alimentaire. Les heures de travail prestées par les étudiants au cours du second semestre 2020 seront neutralisées afin qu'elles ne soient pas prises en compte dans le calcul du quota des 475 heures classiques.

2. Demandeurs d'asile

Les demandeurs d'asile sont autorisés à travailler à condition d'avoir déjà déposé leur demande d'asile auprès du CGRA (Commissariat Général aux Réfugiés et aux Apatrides). Cette autorisation de travail est valable tout au long de la durée de leur procédure d'asile, même s'ils sont en procédure d'appel. Ce faisant, le 'super kern' veut compenser le manque de travailleurs saisonniers. Normalement, les gens doivent attendre quelques mois lors de leur procédure d'asile avant de pouvoir travailler. Cela n’est plus d’actualité pour le moment.

3. Chômeurs temporaires

Les chômeurs temporaires peuvent également gagner des revenus supplémentaires dans les secteurs horticoles et forestiers. Pour ce faire, ils touchent un salaire normal ainsi que 75% de leur allocation de chômage temporaire. De courts contrats à durée déterminée successifs pourront également être conclus dans ces secteurs au cours des trois prochains mois.

(wv/eh)

21 avril 2020
Jobs recommandés

Soyez le premier à recevoir nos actus et astuces

Plus de 440.000 utilisateurs recoivent nos astuces

D'autres ont également regardé